Guest Post: Memories from youth in Cognac, France under German occupation during World War II

Today I am sharing a guest post written by  Elyane R.   It is translated from the original French which appears after the English version. You can read about the occupation of France during World War II in Wikipedia or many other sources. Merci Elyane.

*****

First reflections…

It is very difficult to sum up 4 years of a life that took place between childhood and adolescence in the midst of huge events whose echoes come back weakened, even though they had profoundly disrupted everyday life.  I was 11 years old in 1940, when, in our small, quiet city in the west of France (Cognac, where this alcohol is made), we saw the arrival of a portion of the 8 million French fleeing the lightning advance of German troops…who arrived a few days later.  I lived the following 4 years somewhat through my parents’ emotions and reactions:  stupor, incomprehension, revolt, and depression when they had to face reality and submit to the new constraints and laws of the occupation and Marshal Petain’s French government:  requisitions of schools, of private autos, of administrative buildings, of parts of hospitals and clinics, of food production; setting up of ration coupons for everything (clothing, shoes, paper…. and no gasoline at all!).  [I have] memories of searching for food on bicycle in the countryside …memories of being cold in class and at home where only 2 rooms were heated; painful and sad memories of my school friends deprived of fathers, young women alone with young children, women newly employed in all sorts of jobs because fathers, husbands, sons or brothers were prisoners in Germany along with 2 million French soldiers captured in the military defeat.

Continuation…

Vivid memories: a bedroom requisitioned throughout the war to lodge a German soldier; the first one in 1940-41 [was] a young Austrian officer, architect, French-speaking, and who had studied in Paris; very proper.  He brought us chocolate and charcoal and was mainly thinking about going home to Germany to get back to his young wife and job.  Next there was a staff person working at the air base, more rough mannered, but still proper.  It wasn’t always like that for other families who complained about coarse behavior or too much attention toward young women.

Every morning, very early, there was the sound of boots, groups of soldiers crossing the still sleeping town, pounding out their heavy presence.  Every evening we would come together to listen, despite intense interference, to radio London for information about the progress of battles in Russia, Africa or Asia; information, of course, very different from that emphasized in French newspapers or movie newsreels under German control.  And every morning, we would hear about the death toll from German bombardments on English cities, and especially, starting in 1943, the heavy bombardments in Germany by the English and Americans and then in France, where ports, train stations, warehouses and railroads were being systematically destroyed mainly to prepare for the 1944 Allied landing.

We also had nighttime alerts that jolted us in anxiety out of our beds and into trenches dug in gardens and town squares; but fortunately the town was never hit directly (for the Cognac?). Like all the other French, we organized with resourcefulness to get food, get around, and keep our work and friends we could trust.

But in the summer of 1942, we lived through an event whose outcome could have been tragic. After the June 1940 armistice, France was cut in two: all the north, including Paris and a wide strip along the Atlantic ocean was occupied by the Germans; the center and the south were in a “Free Zone” under the authority of Marshall Petain.  Half of our family was in this zone to which you only had access to with a pass issued by the Germans. They refused to give my mother one. Her mind made up to go see her parents no matter what, we took off quite mindlessly with a smuggler to secretly cross the fake and still poorly delineated frontier, just like the local farmers, or refugees or Jews fleeing the occupied zone did.  That day we had been spotted by a German patrol; and, both of us lying in tall grass, we saw an armed soldier pass less than 10 meters (11 yards) away without turning toward us…I’ve kept a very vivid memory of this because we learned later that we would have been deported to a concentration camp.

From 1943 on, I paid more attention to events, and the echoes of this worldwide war became more precise and significant for me. And too, the occupation army’s attitude hardened with military reverses. Now we heard talk of arrests and raids more often, without knowing exactly their scope and reasons; people were careful about what they said; information was often confused and contradictory.  I could really sense from then on that people were divided between two feelings: one of pervasive anxiety, the other of hope starting to be born as they finally saw the allied armies’ direct invasions in every military theater of operation in Algeria, Italy, and Southeast Asia.  At last, in September 1944, there was the great relief and explosion of joy of the liberation, the end of the nightmare; but 4 years are so long!!!!

Amid all these horrors brought on by the war, I have had the feeling, with my parents, of having been very lucky to live in a small, ordinary town, of having been spared compared to all those who were cold and hungry or bombarded, or when I think about those who were prisoners or deported, or lost loved ones. I’ve always kept a very strong feeling of having gone through a cataclysm in a privileged manner, almost a sort of injustice; but doesn’t that lead to a sort of debt (or duty) toward following generations?

Elyane
(Translated by Theresa Weissglass, her friend since 1964)

Blog invité d’Elyane R. “Souvenirs de jeunesse à Cognac, France sous l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.”

Premières réflexions…
Il est bien difficile de résumer 4 ans d’une vie qui s’est déroulée entre enfance et adolescence , au milieu d’événements d’une grande ampleur dont les échos nous sont arrivés atténués bien qu’ayant perturbé profondément notre vie de tous les jours ; j’avais 11 ans en mai 1940, lorsque , dans notre petite ville tranquille de l’ouest de la France (Cognac où se fabrique cet alcool), nous avons vu arriver une partie des 8 millions de français fuyant l’avance fulgurante des troupes allemandes ……qui sont arrivées quelques jours plus tard ; j’ai vécu les 4 années suivantes plutôt au travers des émotions et des réactions de mes parents: stupeur, incompréhension, révolte, et accablement quand il a fallu se rendre à l’évidence et se soumettre aux nouvelles contraintes et lois de l’occupation et du gouvernement français du Maréchal Petain; réquisitions des écoles des voitures des particuliers, des bâtiments administratifs, d’une partie des hôpitaux et des cliniques, des productions alimentaires, installation des tickets de rationnement pour tout (vêtements, chaussures, papier…….et pas d’essence du tout ! ) souvenirs de recherches de ravitaillement à la campagne à bicyclette. ……souvenirs de froid en classe et dans la maison où seulement 2 pièces étaient chauffées ; souvenirs douloureux et tristes de mes amis de collège privés de leur père, des jeunes femmes seules avec de jeunes enfants, des femmes nouvellement employées dans touts sortes de métiers, puisque père, mari , fils ou frère étaient prisonniers en Allemagne avec les 2 millions de soldats français capturés à la défaite militaire.

Suite…
Souvenirs vifs de la réquisition pendant toute la guerre d’une chambre pour loger un allemand. D’abord en 1940, et 41 d’un jeune officier autrichien, architecte,  parlant français et ayant étudié à Paris; très correct,  il nous apportait du chocolat et du charbon, et ne pensait qu’à rentrer en Allemagne retrouver sa jeune femme et son métier . Par la suite, ce fut du personnel travaillant à la base aérienne, plus frustre mais toujours correct. Cela ne s’est pas toujours passé ainsi dans d’autres familles qui se sont plaintes du comportement plus rude ou trop empressant vis à vis des jeunes filles.

Tous les matins, très tôt,  nous avions le bruit des bottes des groupes de soldats traversant la ville encore endormie, martelant leur lourde presence. Tous les soirs, on se regroupait pour écouter, malgré un intense brouillage  radio Londres, qui nous informait du déroulement des batailles en Russie, en Afrique ou en Asie ; informations bien sûr bien différentes de celles martelées dans les journaux français ou les actualités cinématographiques sous contrôle allemande. Et tous les matins, nous entendions le bilan des morts dans les bombardements allemands sur les villes anglaises, et surtout à partir de 1943, les lourds bombardements des anglo -américains en Allemagne, ,et puis en France, où tous les ports, les gares, les entrepôts et les lignes ferroviaires ont été systématiquement detruits, surtout pour préparer le débarquement de 1944.

Nous avions aussi des alertes la nuit, qui nous jetaient avec angoisse hors de nos lits dans les tranchées creusées dans les jardins et les squares; mais heureusement la ville n’a jamais été touchée directement  (pour le Cognac ?). Comme tous les français, nous nous sommes organisés avec débrouillardise pour manger, se déplacer, garder son travail et des amis sûrs.

Mais à l’été 1942, nous avons vecu un événement dont l’issue aurait pu être tragique; depuis l’armistice de juin 1940, la France était coupée en deux: tout le nord, avec Paris et une large bande le long de l’océan Atlantique était occupée par les allemands ;  le centre et le sud étaient en “zone libre”, sous l’autorité du Maréchal Petain. La moitié de notre famille étaient dans cette zone, à laquelle on ne pouvait accéder qu’avec un laisser-passer délivré par les allemands qui l’avaient refusé à ma mere. Décidée à aller voir ses parents coûte que coûte,  nous sommes parties, assez inconscientes avec un passeur pour franchir clandestinement cette frontière fictive, et encore mal délimitée,  comme le faisaient les paysans habitant sur place, ou des réfugiés, ou des juifs fuyant la zone occupée. Ce jour-là, nous avions été repérées  par une patrouille allemande; et, couchées toutes les deux dans ses herbes hautes, nous avons vu passer un soldat armé à moins de 10 mètres sans se tourner vers nous…….j’en garde un très vif souvenir, car nous avons appris plus tard que nous aurions été déportées en camp de concentration. 

À partir de 1943 , je suis devenue plus attentive aux événements,  et les échos de cette guerre mondiale sont devenus plus précis et significatifs pour moi. L’attitude de l’armée d’occupation s’est aussi durcie, au gré des revers militaires. Maintenant on entendait plus souvent parler d’arrestations, de rafles, sans souvent avoir exactement leur ampleur et leurs raisons; les gens faisaient attention en parlant ;  les informations étaient souvent confuses et contradictoires. Je sentais bien que les gens étaient désormais partagés entre deux sentiments : l’un d’angoisse diffuse, l’autre d’espoir qui commençait à naitre en voyant enfin les interventions directes des armees alliées sur tous les théâtres d’opération militaire  en Algérie,  en Italie, en Asie du Sud-est;  enfin, en septembre 1944,  ce fut le grand soulagement et l’explosion de joie de la libération , de la fin du cauchemar ; mais que c’est long 4 ans !!!!

Au milieu de toutes les horreurs apportées par la guerre, j’ai eu le sentiment,  avec mes parents, d’avoir eu beaucoup de chance de vivre dans une petite ville sans histoire, et d’avoir été épargnés par rapport à tous ceux qui ont eu froid et faim, ou bombardés, ou en pensant à ceux qui ont été prisonniers ou déportés , ou tous ceux qui ont perdu un être cher. J’ai toujours gardé un sentiment très fort d’avoir traversé un cataclysme de façon privilégiée, presque comme une forme d’injustice ;  mais cela n’amène-t-il pas une sorte de dette (ou de devoir ) envers les générations suivantes ? 

Elyane 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s